Gary Knight

Topographica de la Immigracion

Topographie de l’immigration : L’incinérateur à rêves
Ceci est une histoire sur la migration ; la migration clandestine de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants d’Amérique centrale et du sud vers les États-Unis à travers l’un des environnements les plus hostiles au monde. Ce projet repose sur la photographie de la topographie et des paysages du désert de Sonora en Arizona par le biais de vues aériennes, de paysages et d’imagerie macro, en mettant de côté la rhétorique romantique et politisée propre au « Wild West » et habituellement rattachée à cette problématique.

L’industrialisation et la militarisation de la frontière, ainsi que l’intégration de technologies développées lors des guerres en Afghanistan et en Irak ont profondément modifié la région frontalière entre les États-Unis et le Mexique au cours de ces dix dernières années. Cette zone fait désormais partie des zones les plus militarisées au monde. Quand on voit les dispositifs de sécurité qui surplombent le désert de Sonora, on se croirait davantage à la frontière entre la Corée du nord et la Corée du sud ou entre Israël et la Palestine que dans un pays en paix avec ses voisins. La construction de cette clôture frontalière qui a coûté 1 million de dollars par mile (1,6 kilomètre) et est gardée par des entreprises privées de sécurité ainsi que des patrouilles d’agents des douanes et de la protection des frontières, a coûté pour l’instant 1 milliard de dollars. Les nouvelles technologies qui ont permis de débusquer des terroristes et des insurgés en Afghanistan et en Irak sont déployées ici pour attraper de pauvres gens, ajoutant 755 milliards de dollars supplémentaires à la note.

Les migrants se lancent dans des tentatives toujours plus désespérées afin d’échapper aux drones et aux technologies de thermodétection. Forcés d’éviter la clôture en acier et les tours de garde qui s’étalent sur des centaines de kilomètres, les migrants à la recherche d’une vie meilleure risquent leur vie sur le terrain montagneux et désert le plus hostile qui soit. Ils meurent dans des conditions atroces sur des pistes souvent proches des nouveaux campements installés en plein désert. Ces campements portent des noms comme « Desert Bell » (la cloche du désert) et sont peuplés de migrants de deuxième génération en provenance d’Europe. Ce paysage est un véritable incinérateur à rêves qui brûle et dessèche les hommes dans le sable du désert comme autrefois le bétail. C’est un endroit où des milliers de femmes et de filles ont été violées ; le privilège de jeunes hommes qui vivent du trafic d’hommes et de femmes sans crainte de la justice.

D’après le gouvernement américain, le nombre réel de migrants qui traversent la frontière a diminué, mais selon des ONG sur place, le nombre de morts chez les migrants augmente, puisqu’il est de plus en plus difficile de traverser la frontière. Nous ne savons jamais combien réussissent à passer la frontière ou combien meurent car, dans les deux cas, ils disparaissent et sont happés par le paysage.

Le problème de l’immigration est un problème majeur dans la vie politique aux États-Unis, surtout en cette année électorale. Il est source de division et de contradiction autant chez les Démocrates que chez les Républicains. Les deux camps veulent montrer leur sévérité à l’encontre de l’immigration mais essaient en même temps de s’attirer les sympathies des électeurs latinos. Les dogmes politiques prennent de plus en plus de place au détriment d’un discours intelligent.

Biographie

Gary KnightGary Knight (né en 1964), membre-fondateur de l’agence VII, figure parmi les photographes de guerre les plus aguerris de notre époque. Au fil des dernières décennies son travail l’a transporté au travers plusieurs zones de tensions. Ces dernières années, il a couvert l’occupation de l’Afghanistan, l’invasion de l’Irak, la guerre civile au Cachemire et les conséquences du tsunami en Asie. Il travaille sous contrat en tant que photographe pour Newsweek depuis 1998. Gary Knight est l’un des fondateurs du Festival Photo d’Angkor, au Cambodge.

www.garyknightphotography.com