Glenna Gordon

La fin n’est que le début : voyage au pays de l’au-delà en Indonésie

Synopsis

En Indonésie, la mort n’est pas appréhendée comme dans les sociétés occidentales. De nombreuses familles indonésiennes conservent le corps de leur défunt près d’eux, des semaines, des mois voire des années…
Contrairement à la majorité des occidentaux qui craignent la mort, ces familles indonésiennes n’ont pas du tout le même rapport à la mort en font un épisode de l’existence humaine comme la naissance, le mariage…
Glenna Gordon souhaite explorer la façon dont la société indonésienne conçoit la vie et la mort.

 

Glenna GordonBiographie

Glenna Gordon est photographe documentaire et photojournaliste. Elle est régulièrement publiée dans The New York Times, Time Magazine, Wall Street Journal, Le Monde… Elle a reçu un World Press en 2015 et a été sélectionnée pour de nombreux autres prix tel que le Grand Prix LensCulture. Elle enseigne également à la « New School » à New York. Glenna Gordon a commencé sa carrière en Ouganda en 2006, où elle a vécu et a travaillé comme auteur pendant plusieurs années. Elle a continué à travailler régulièrement en Afrique et vient de démarrer de nouveaux projets en Indonésie. Sa monographie «Diagram of the Heart», éditée aux éditions Red Hock en février 2016, a été sélectionnée par le New York Times dans le cadre du POYi (Pictures of the Year international) et le livre photo de l’année au PDN’s photo Annual. Les photos de l’ouvrage sont exposées jusqu’en septembre 2016 dans le cadre de l’Open Society à New York «Moving Walls 23 : Journeys».

glennagordon.com

  • Un cheval mène la procession funéraire de Kaiune Remikato dans un village sur une île isolée de Sumba dans l’Indonésie Orientale. Les morts sont gardé dans la maison pendant plusieurs mois ou plusieurs années. Ainsi les familles peuvent économiser de l’argent pour la pricession funéraire et prend le temps de faire leur deuil. Une grande partie de la religion à Samba est basé sur culte des ancètres.
  • Une femme jète ses offrandes dans la mer pour un proche décédé à Bali, Indonesie. La mort n’est pas pleurée mais célébrée comme la transition vers l’au-delà à Bali et ailleurs dans l’archipel.