Le mot du directeur du festival

« Finir le geste… »

Alexandre Solacolu, directeur du festivalAprès deux premières éditions à mettre en place, tant l’outil de production qu’est le fonds de dotation Photoreporter que l’événement en lui-même, Photoreporter 2014 s’annonce comme la sortie de l’enfance de la manifestation.

Cette année encore nous avons reçu de nombreuses propositions de sujets de photographes des quatre coins du monde. Le niveau global des sujets se densifie d’année en année.

Pour reprendre l’expression d’Eric de Kermel, « maintenant il faut finir le geste ». Nous avons démontré qu’il était possible de trouver de nouvelles formes de financement pour produire des photoreportages de qualité. Maintenant nous voulons travailler sur le perfectionnement de la monstration des travaux des photographes.

C’est la raison pour laquelle nous avons choisi Marc Prüst en tant que Directeur Artistique. Il doit nous amener la rigueur et le perfectionnisme nécessaire à exalter les sujets produits.

Parallèlement, nous lissons notre production afin d’améliorer le confort de travail de l’organisation du festival ainsi que celui des photographes.

En conclusion je dirais qu’après avoir travailler pour démontrer que le photojournalisme avait de l’avenir notamment sur le plan économique, nous voulons commencer à explorer ce que sera l’avenir du photojournalisme.

Alexandre Solacolu, Directeur du festival